16.12.08

Rallye de Finlande

Piste cyclable, large, légère descente, disons 7%, bonne vitesse, en troisième. Un bon virage 90° droite se rapproche, petite pointe de frein, rétrogradage en seconde (plus de couple, pour mieux repartir après, et enchaîner sur une montée). Trajectoire tangente au bord gauche de la route, personne derrière moi, personne en face, j'ai le point de corde dans le viseur. Pas de flaque d'huile ni de feuilles mortes sur la trajectoire, parfait. Tiens c'est marrant je vois mon reflet sur le bitume. Saloperie de plaque de glace alors que j'entame mon virage à bonne allure!

Trop risqué pour freiner comme un porc, mais la ça va trop vite pour passer. J'élargis mon virage au maximum (tampi pour la corde, je perds quelques secondes au chrono), maintiens une touche timide de frein (frein avant car le frein arrière a le câble gelé et ne répond plus). Je redoute le décrochage de la roue avant, pied droit déjà au sol pour parer une éventuelle chute. Ça va moins vite, mais toujours trop vite. Je repère une ornière bien profonde dans la glace du virage sur ma trajectoire, je fourre délicatement ma roue dedans et m'efforce de suivre cette bienheureuse trace de pneu (<-- jeu de mots). La roue avant bien ancrée dans cette piste de bobsleigh le virage se resserre, mais c'est ça où rien, donc je suis.

Fin de la trace, la roue arrière vient de rentrer dans celle ci, le virage n'est pas finit, mais l'ornière oui, roue avant sur un sol bien lisse... et c'est le décrochage! À présent en appuie sur le pied droit qui effectue une belle glissade, la roue arrière toujours bien accrochée dans l´ornière, la roue avant part bien comme il faut, le vélo rotationne sur lui même et se couche sur le côté droit. Guidon dans les mains (il me semble que j'avais abandonné ma touche de frein à ce moment la), tout mon poids sur mon pied droit qui glisse encore, mais reste stable, je parviens à ramener mon pied gauche pour accompagner la glissade (merci le vélo de femme, et la barre entre selle et guidon super basse). Je lâche le vélo qui part bien tout droit (force centrifuge merci), sur un sol bien glissant, continue la glissade sur les deux pieds, petit saut au dessus de l'ornière (je ne l'avais pas oubliée celle la), glissade sur 20cm de plus, puis petit caillou accrocheur sous le pied gauche, le pieds droit le dépasse, c'est le 180 triple-loots-rondade (avec les commentaires de Nelson Moinsfort), je mets les deux mains au sol, puis le genoux droit (avec 5 appuis, je suis bien stable) et la glissade se fini.

Tout ça en moins de 10 secondes.

Petit coup d'oeil autour de moi. c'est bon pas de public, pas de caméra de surveillance qui va me balancer sur youtube.

Ramasse le vélo, essuie le genou (ôôôh un trou) et monte la côte en le poussant. le vélo, pas le genou.


Moralité : ne pas écouter Gojira quand on circule en vélo (de ville)(pneu lisse)(avec un seul frein) sur la glace, ça déconcentre et des erreurs de pilotage apparaissent.


video

1 comment:

Nico said...

A toi le prix goncourt, Direct. T'a fait L aussi toi nan? Il se passe tellement rien a Kuopio que tu disserte 2 h sur un pti bobo a velo? eheh a+ frere haut,enfin ds le nord quoi.